Pour son premier séminaire de l’année 2020, tenu à Royaumont, le projet Vitry a planché de manière intensive sur la question du rendu graphique. Si les principes d’encodage sont maintenant arrêtés à quelques détails près, et alors que la transcription des manuscrits va bon train, il faut maintenant songer de manière plus précise à la présentation des données musicales.

La future édition Vitry sera mixte : à la fois électronique et imprimée. Dans son volet électronique, elle devrait être très largement paramétrable par l’utilisateur, qui aura la possibilité de construire ses propres vues, tant en notation « classique » (Common Musical Notation) qu’en notation mensurale « ancienne ». L’édition imprimée, quant à elle, devrait essentiellement mettre à disposition de chanteurs désireux de se rapprocher des conditions d’exécution qui prévalaient au Moyen Âge un matériel en parties séparées et en notation mensurale.

Pour mener à bien ce second volet, il faut pouvoir disposer d’une sortie graphique de haute qualité en notation mensurale. Or, l’outil Verovio, déjà extrêmement prometteur, doit néanmoins, dans cette perspective, être substantiellement amélioré.

Ainsi, par rapport à ce qu’il est possible d’afficher aujourd’hui avec Verovio (image de gauche ci-dessus), on devrait pouvoir se rapprocher du rendu graphique obtenu par le plugin Medieval (image de droite) avec l’une des fontes Neuma ou Machaut, conçus et réalisés par Robert Piéchaud. La participation de ce dernier au séminaire, conjointement à celle de Laurent Pugin, responsable du projet Verovio, a permis de fructueux échanges, et notamment d’esquisser un cahier des charges correspondant aux attentes du projet Vitry en matière de rendu graphique. En contribuant à financer l’avancement d’un logiciel libre comme Verovio, le projet Vitry, tout en se rapprochant des buts qu’il s’est fixés, entend en faire profiter la communauté dans son ensemble.