Petre clemens/Lugentium à quatre

On sait depuis peu, grâce au manuscrit d’Aachen, que le motet le plus monumental de Philippe de Vitry, dont le manuscrit d’Ivrea nous a transmis une version réduite à trois voix (tenor solus), est en fait une composition à quatre voix (tenor et contratenor), dont la construction est du même type que celle des autres motets à quatre voix attribués à Philippe. Notre restauration de cette pièce va bon train et un quatuor de chanteurs issus de la Haute École de Musique (HEM) de Genève a commencé à la travailler.
Lire la suite →

CNSMD Lyon 2019

Le lundi 28 janvier 2019, le projet Vitry a tenu un séminaire similaire à celui donné à la Schola Cantorum Basiliensis, dans la classe de Anne Delafosse, au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon. Un atelier pratique, consacré à la musique de Philippe de Vitry, a eu lieu le lundi 11 février 2019. Anne Delafosse et son ensemble vocal ont poursuivi le travail proposé par le projet Vitry jusqu’à la fin de l’année académique 2018-2019, dans le but de préparer le concert commun au Palais des papes d’Avignon, le samedi 16 novembre 2019.
Lire la suite →

Schola cantorum basiliensis 2019

Les 23 et 24 janvier 2019, le projet Vitry a tenu un séminaire à la Schola Cantorum Basiliensis, dans la classe de Baptiste Romain et Marc Lewon. Dans ce haut lieu dédié à l’étude des musiques anciennes, la première session a été consacrée aux mots & motets, aux poèmes, à la science du chant, à la prosodie, à la main parfaite et aux règles de Garlande. La deuxième session s’est déroulée sous la forme d’un atelier pratique consacré à des exemples de chant grégorien, d’œuvres de la fin de l’Ars antiqua et des motets de Philippe de Vitry.
Lire la suite →

Genèse du projet

Lorsqu’un projet débute officiellement, c’est souvent, pour ses promoteurs, l’aboutissement d’un long travail de maturation. Dans notre cas, les prémices de « Chanter les motets de Philippe de Vitry » peuvent être retracées sur une quinzaine d’années : 2004-2006 : « Interprétation de la musique polyphonique entre Ars antiqua et Ars Nova ». Ce projet, mené dans le cadre de la Haute école de musique de Genève, visait à plonger les chanteurs dans des conditions d’exécution proches de celles du Moyen Âge (usage de parties séparées en notation mensurale noire, application, au vol et à l’oreille, des règles de solmisation et de contrepoint, déclamation à l’ancienne des textes).
Lire la suite →